Tous les ans se tient le Festival de la viande de chien, à Yulin, en Chine, dans la province autonome du Guangxi, au sud-ouest du pays. Une véritable boucherie…

yulin-large-fb-5763ceec11930

C’est ainsi que les Chinois – du moins, certains Chinois – célèbrent l’arrivée du solstice d’été, aux alentours du 21 juin. Jusqu’à 40 000 chiens et 10 000 chats y sont torturés, massacrés, dépecés, vendus en morceaux ou mangés sur place. Les animaux errants, abandonnés ou volés, sont transportés par camion dans des conditions épouvantables jusqu’à Yulin, entassés par centaines dans des cages de fer minuscules. Une fois sur place, ils sont attrapés avec une lance puis tués à coup de bâtons, saignés et dépecés. Certains sont bouillis vivants. A Yulin, il est de coutume de penser que plus la bête a souffert, plus la viande sera goûteuse

Indignation internationale

Le Festival de Yulin révolte l’Occident. Partout dans le monde, des défenseurs des animaux se mobilisent pour faire cesser ce massacre annuel, et les pétitions qui circulent sur la Toile sont nombreuses.

La Humane Society International (HSI), ONG située aux Etats-Unis, a ainsi envoyé au président chinois Xi Jinping une pétition ayant récolté plus de 11 millions de signatures. La campagne #StopYulin est devenue l’une des plus importantes de l’histoire de l’ONG.

Une mobilisation contreproductive ?

Pourtant, malgré le tollé suscité notamment par l’édition 2015, le Festival continue. Et cette année encore, 300 chiens par jour seront assassinés dans les pires conditions. Non seulement la mobilisation générale n’a pas, pour l’instant, d’effet sur le gouvernement chinois, mais elle serait en plus contreproductive. Des commerçants locaux, tenant des hôtels ou des boucheries canines, assurent en effet aux médias qu’en raison de la médiation mondiale de l’événement, la consommation de viande de chien a augmenté à Yulin. Parce que de plus en plus de monde est au courant de l’existence d’un tel festival, de plus en plus de monde s’y rend. Et les hôtels d’afficher complet. Sur place, même les défenseurs des animaux locaux estiment que les militants extérieurs à la Chine ne rendent pas service à la cause qu’ils croient défendre…

Un paradoxe

Créé en 2009, le Festival de Yulin a pour but de booster l’industrie de la viande de chien (longtemps considérée comme un met de qualité) alors en perte de vitesse. C’est donc au nom de l’économie locale qu’il est perpétué.

si_vous_aimez_les_chiens-01

Cette situation est d’autant plus paradoxale que les animaux de compagnie connaissent un essor considérable en Chine. Il convient de préciser que le Festival de Yulin est un événement isolé, qui est vivement critiqué par l’opinion chinoise, notamment dans les grandes villes où l’on ne mange pas de chiens. Au contraire, l’animal de compagnie s’y est largement répandu en une décennie : 30 millions de foyers chinois possèdent désormais un chien. De nombreux Chinois réclament donc l’interdiction du Festival, non seulement par cas de conscience, mais également en raison d’un problème de santé publique : la Chine est en effet le deuxième pays au monde à compter le plus grand nombre de décès dus à la rage, et Yulin fait partie des dix villes dénombrant le plus de cas de rage chez les humains.

Festival de Yulin : 40 000 chiens seront encore massacrés et mangés cette année
Étiqueté avec :                    

Un avis sur « Festival de Yulin : 40 000 chiens seront encore massacrés et mangés cette année »

%d blogueurs aiment cette page :