Martigny (VS) le 09 mai 2016

par Mirko Martino – Un essaim s’en est pris à un chien, qui a été victime d’un choc anaphylactique. Un expert explique ce comportement.

topelement
Piqué notamment sur la tête, le pauvre animal, âgé de 15 mois, a été sauvé in extremis. (photo: dr)

Malheur et chance se sont succédé en quelques heures pour Léon, un bulldog français, mercredi. «Nous étions en promenade et c’est Néoh, mon fils de 9 ans, qui le tenait en laisse, raconte Catherine Dély. Sur le trottoir, devant le jardin d’un voisin, il a vu une abeille et l’a chassée avec sa casquette.» D’autres sont alors arrivées, attaquant le chien et sa maîtresse. «J’ai été piquée par trois d’entre elles sur le cuir chevelu, poursuit la mère de famille. Léon beaucoup plus.»

De retour à la maison, l’état du bulldog est devenu préoccupant. «Nous l’avons amené chez le vétérinaire, reprend sa maîtresse. Et là, dans le couloir, il ne respirait plus, à cause du choc anaphylactique.» La secrétaire a enfilé ses doigts dans la gueule du chien pour dégager sa langue, qui avait enflé, afin qu’il reprenne son souffle. Léon a été sauvé in extremis.

«Les abeilles sont rarement agressives, explique Didier Bettens, responsable du site apiculteur.ch. Elles peuvent l’être si quelque chose les dérange. Là, l’odeur du chien a peut-être joué un rôle. Lors de l’essaimage, quand une ruche est pleine et qu’une partie de sa population se sépare pour créer une nouvelle colonie, elles ont moins de repères et peuvent devenir un peu agressives après quelques jours. Avec l’arrivée du beau temps après une période froide, ce week-end était propice au phénomène (lire encadré).»

Robert Barradi, le propriétaire des abeilles incriminées, était justement en train de récupérer un nouvel essaim: «Avec un apiculteur chevronné qui me conseille, nous avons ainsi pu remplir une nouvelle ruche.»

Piqué par des abeilles en furie, Léon a frôlé la mort
Étiqueté avec :        
%d blogueurs aiment cette page :