Augstbord (VS) 25 janvier 2017

Le canton va procéder à un autre tir de régulation, après la découverte d’un nouveau spécimen dans le Haut-Valais.

Une nouvelle louve a été identifiée en Valais, dans la région d’Augstbord qui abrite déjà une meute. Un nouveau tir de régulation sera effectué.

La louve a été observée pour la première fois le 5 décembre. Des analyses ADN ont permis de déterminer qu’il s’agit d’une femelle inconnue jusqu’à présent, a communiqué mercredi l’Etat du Valais. Rien ne permet d’exclure que les géniteurs de la meute ne soient pas également ceux de la femelle inconnue et nommée F24.

L’analyse d’autres échantillons a permis d’identifier formellement deux louveteaux déjà observés dans la région. Ceci porte le nombre total de jeunes à au moins quatre. L’un a été abattu en décembre dernier et n’a pas encore formellement identifié.

Un second louveteau pourra être abattu d’ici à la fin mars au plus tard. Ce nouveau tir de régulation a reçu l’assentiment de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), souligne le canton. La législation fédérale prévoit que le nombre d’individus abattus ne doit pas dépasser la moitié des louveteaux nés durant l’année où l’autorisation de régulation a été livrée. Les géniteurs devront être épargnés.

L’exécution du tir est du ressort du Service valaisan de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF). Il est autorisé uniquement sur le territoire de la meute concernée.

157 animaux tués

Le 20 décembre dernier, L’OFEV a approuvé la décision du canton du Valais de procéder à un tir de régulation. Ensemble, ils avaient constaté «unanimement au moins 20 cas avérés d’animaux de rente tués par le loup durant la période du 13 mai au 20 juillet 2016, ceci malgré les mesures de protection prises». Le seuil requis de quinze animaux de rente pour la régulation de la meute d’Augstbord avait ainsi été dépassé.

En 2016, dans la région d’Augstbord, le loup a tué en tout 157 animaux de rente. Ceci en dépit des mesures de protection prises, indiquait alors l’Etat du Valais. Dans la nuit du 21 au 22 décembre, les gardes-chasse ont abattu une jeune louve près d’un lotissement de la région d’Augstbord. La bête tirée a été transférée au Tierspital à Berne.

WWF «très déçu»

Le WWF est «très déçu» par cette nouvelle décision de l’Etat Valais et de l’OFEV à l’encontre de la première meute dans le canton. «Le canton estime une fois de plus que la meilleure protection des troupeaux passe par le fusil», déplore Pierrette Rey, porte-parole du WWF pour la Suisse romande.

Le WWF rappelle qu’à cette époque de l’année, il sera très difficile de distinguer les jeunes loups des adultes. De plus, les études montrent que porter atteinte à la structure d’une meute revient à en modifier les comportements et entraîne des dommages accrus chez les animaux de rente.

L’organisation écologique déplore que le canton ne tire pas des leçons de l’exemple de la meute du Calanda dans les Grisons. «La meute y est bien structurée et efficace et les attaques d’animaux de rente ont diminué», souligne-t-elle.

(ats/nxp)

Une nouvelle louve a été observée
Étiqueté avec :            
%d blogueurs aiment cette page :